Le constat est sans appel : plus de 5 millions de Français vivent au quotidien sans mutuelle. Ce chiffre n’est pas anodin et, en réalité, il ne s’agit pas d’un choix dans 53% des cas (selon l’IRDES). Sur ces 5 millions de Français, la moitié déclare ne pas avoir les moyens financiers de s’offrir une mutuelle. A savoir que beaucoup d’individus ne sont pas au courant de l’utilité ou de la nécessité d’en posséder une, et sont vulnérables à l’opacité de ces différents systèmes.

La difficulté d’anticiper les frais de santé

Pendant longtemps, nous pouvions choisir aisément de vivre avec une mutuelle ou sans, les budgets alloués à la santé étaient relativement fixes, et nous pouvions nous satisfaire des soins remboursés par la caisse de l’Assurance Maladie. Cependant, on assiste à une certaine inflation des frais de la santé :

  • Consultation qui passe à 25 euros ;
  • Déremboursement des médicaments ;
  • Système de tarifs proportionnel à la durée de consultation pouvant atteindre 60€, etc. ;
  • Hausse du «ticket modérateur » (montant pris en charge par l’individu ou sa mutuelle).

De toute évidence, ces inflations sont directement impactables pour l’individu sans mutuelle. Par ailleurs, les mesures d’aides prises en charge par le gouvernement comme la couverture maladie universelle (CMU) ou l’aide à la Complémentaire Santé (ACS) sont complexes et longues : difficile d’anticiper avec agilité des frais de soins qui peuvent survenir à tout moment.

Nouvelles problématiques de santé publique

Un certain nombre de facteurs rendent le risque de tomber malade ou d’avoir un accident plus grand et instable. Ces nouveaux facteurs sont dus à l’urbanisation et à nos nouveaux modes de vie :

  • Obésité ;
  • Sédentarité;
  • Pollution ;
  • Qualité de nutrition ;
  • Sécurité.

L’OMS considère notamment que la sédentarité est plus dangereuse que le tabac. Elle considère que le manque d’activité physique (notamment) causerait des troubles indirects et donc moins visibles que l’alcool ou le tabac.

Les organismes de prise en charge de ces soins doivent donc élargir leur offre, afin de répondre à une demande en pleine expansion !

Choisir une mutuelle santé adaptée

currency-1019997_960_720

Par conséquent, changer de mutuelle en fonction de nos besoins est toujours préférable pour ne pas se retrouver sur la paille, mais doit se faire avec soin.

Il est donc important de raisonner en plusieurs étapes :

Lister vos  besoins médicaux

En premier, lister les frais de santés potentiels et savoir s’il s’agit de frais récurrents. En terme général, les mutuelles prennent en charge les frais les plus basiques pour les contrats les moins chers (frais d’hospitalisations, consultation chez le médecin généraliste…). Puis viennent s’ajouter la couverture des frais de spécialistes (dermatologue, ophtalmologue, podologue, etc.) pour les besoins récurrents de santé. Pour les plus larges complémentaires, il peut y avoir une prise en charge auprès d’homéopathes, magnétiseurs et autres médecines alternatives.

Le prix de chaque mutuelle

A partir de ces besoins, il s’agit de rechercher les tarifs les plus avantageux. Nous vous conseillons de prendre le temps de rechercher la bonne mutuelle, car il s’agit d’un milieu extrêmement concurrentiel et les prix peuvent largement varier.

La durée de contrat et la reconduction

Faites attention à la tacite reconduction du contrat qui est, en général, admise dans une majorité de contrats (reconduction automatique). Par ailleurs, la résiliation auprès de l’organisme se fait 2 mois avant la fin de contrat minimum.