9 mai 2021

Toilette intime : bien choisir son savon

Une toilette quotidienne et l’utilisation de savon adapté sont indispensables pour une bonne hygiène intime, mais pas seulement. Il faut aussi adopter les gestes adéquats pour garder l’équilibre de la zone intime.

Savon pour toilette intime : la question du pH

Tous les savons ne se valent pas. Un savon destiné au nettoyage du corps ne doit pas être utilisé pour la toilette intime. L’on recommande d’employer uniquement un savon formulé justement pour la toilette intime. Pour ne pas nuire à l’équilibre de la flore vaginale, le mieux est de recourir à un produit dont le pH se situe entre 4 et 8, ce qui correspond au pH naturel de la zone intime externe, notamment les régions vulvaire et périanale.

En cas de mycose vaginale, préférez vous orienter vers les recettes cosmétiques maison pour fabriquer un savon proposant des savons au pH neutre ou légèrement alcalin, donc entre 7 à 9. Ce niveau de pH spécifique s’oppose à la prolifération des champignons dans la zone intime. Les champignons se multiplient en effet plus rapidement dans les milieux acides. Pour rappel, le pH ou potentiel Hydrogène est une unité qui mesure l’alcalinité ou l’acidité d’un milieu ou d’une solution. Le pH varie généralement entre 1 et 14.

— Le pH est dit acide lorsqu’il est inférieur à 7 ;
— Le pH est neutre lorsqu’il est égal à 7 ;
— Le pH est basique ou alcalin lorsqu’il est supérieur à 7.
— L’on parle de pH physiologique, lorsqu’il se rapproche de celui de la zone considérée.

 Toilette intime : les conseils pratiques

Pour ne pas nuire à l’équilibre de l’écosystème vaginal, il est primordial de nettoyer la partie intime avec beaucoup de douceur. Répartissez le produit au creux de votre main et appliquez-le directement sur la zone externe. Frottez délicatement et rincez directement avec le pommeau de douche. L’utilisation d’eau tiède est recommandée.

Pour ne pas agresser la zone intime, il convient de :
— Limiter la toilette intime à deux fois par jour et d’éviter de nettoyer l’intérieur du vagin ;
— Sécher parfaitement la zone intime après le nettoyage. L’humidité favorise en effet le développement des agents pathogènes ;
— D’éviter d’utiliser des gants de toilette, car ils sont porteurs de bactéries et autres microbes ;
— De vous nettoyer ou de vous essuyer délicatement d’avant en arrière : de la zone uro-génitale vers la zone anale ;
— Se laver les mains au savon avant et après chaque passage aux toilettes ;
— De bien nettoyer la zone intime avec un savon adapté, avant et après chaque épilation, quel que soit le type : rasage, crème ou cire dépilatoire ;
— D’éviter de tatouer ou de percer cette région du corps.

Pour éviter les infections et les irritations de la zone intime, évitez le port de sous-vêtements trop serré. Côté matières, privilégiez les tissus naturels comme la soie et le coton au profit des matières synthétiques. Le lycra et le nylon sont deux matières qui favorisent la macération et facilitent de ce fait le développement des germes. Enfin, nettoyez toujours vos sous-vêtements à haute température, à 60 °C environ.