Les taux d’intérêt pour un prêt travaux n’ont jamais été aussi bas. C’est ainsi le meilleur moment pour contracter ce type de prêt avant que le secteur immobilier redémarre pleinement entrainant avec lui une hausse des prêts.

L’immobilier, un secteur qui se redresse

Avec une conjoncture économique encore peu favorable, l’immobilier français tourne encore au ralenti, même si on note une petite croissance depuis cette année. Malgré tout, le secteur peine encore à retrouver sa dynamique d’avant la crise et cherche encore à conforter le semblant de relance actuelle. Avec la baisse du chômage, la reprise de la consommation et une croissance de l’économie en vue, la situation de l’immobilier devrait s’améliorer davantage à moyen terme.

Des taux en constante baisse

Suivant la tendance immobilière, les taux d’intérêt des prêts travaux n’ont cessé de régresser ces dernières années afin d’inciter à la construction. Après analyse de l’évolution ces dernières années des taux d’intérêt des prêts travaux, on constate une forte diminution sur le long terme. Entre janvier et février 2016, ces taux ont enregistré une baisse significative de l’ordre de 0,03 à 0,05 %, en fonction de la durée du crédit. La tendance à la baisse se confirme donc encore cette année. Toutefois, comme les taux sont tributaires du marché immobilier global, l’amélioration future du secteur risque de sonner le glas des taux d’intérêt historiquement bas.

Une offre variée

Ainsi, entre les banques et les organismes de crédits, nombreuses sont les possibilités de financement de vos travaux. Il est toutefois nécessaire de préciser que les organismes de crédit pratiquent en moyenne des taux plus élevés que ceux des banques. Vous pouvez désormais comparer rapidement les différentes offres en crédit travaux proposées par les établissements financiers.

Les différents crédits possibles

La réalisation de travaux peut être financée avec divers types de crédit. Tout d’abord, vous pouvez simplement souscrire à un crédit personnel classique où les travaux n’entrent pas en considération dans l’obtention du crédit et sont considérés comme une dépense parmi tant d’autres. Vous avez également le choix de recourir à un crédit spécialement affecté à vos travaux. Dans ce cas, la réalisation de ces derniers sera attachée directement à votre crédit.

Le prêt à taux zéro

Dans ce climat particulièrement favorable, vous pouvez également prétendre à un prêt à taux zéro (PTZ+). Il faudra pour cela ne pas dépasser un certain seuil de revenu et quoi qu’il en soit, ce prêt ne pourra pas financer l’ensemble de vos travaux. Toutefois, cette petite aide de l’État vous permettra de profiter davantage des opportunités que présente l’offre actuelle en prêts travaux.

Différentes aides de l’État

Si vous ne répondez pas aux critères de revenu du PZT+, vous pouvez encore bénéficier de certaines aides octroyées par l’État. Ainsi, si vos travaux concernent l’amélioration des performances énergétiques de votre logement, vous pour pourrez prétendre à un prêt conventionné ou à un PAS. Toutefois, ce dernier, comme le PTZ+, est accessible sous certaines conditions de revenus. Le prêt conventionné, lui, n’est pas assujetti à ce type de restriction. Enfin, il existe également le prêt épargne logement qui s’obtient après une phase d’épargne.

Aujourd’hui est donc le moment ou jamais de profiter de taux d’intérêt bas pour un prêt travaux. Et en comparant les offres, vous êtes également assuré de bénéficier des taux les plus avantageux dans un marché qu’il est déjà. Enfin, certains ménages pourront même accéder à un prêt où les intérêts sont pris en charge par l’État. Vous n’avez ainsi plus d’excuses pour commencer un chantier.