Le crédit hypothécaire est un produit financier facile à obtenir à condition d’être très rigoureux dans la préparation de la demande. Souvent, les refus ont été dus à des dossiers ou des informations incomplètes.

D’une logique simple

Toujours trouver le taux le plus bas, c’est le mot d’ordre pour choisir le meilleur crédit hypothécaire. C’est une loi mathématique, 1 est plus bas que 2. Donc, si une personne saura choisir si deux banques lui proposent deux offres de crédit à 1,5 % et à 2 %. Le choix doit être facile. C’est le travail des courtiers immobiliers de trouver des chiffres très abordables. il a pour mission de négocier avec les banques pour faire obtenir à leur client les taux les plus bas. Mais il y a d’autres critères qui entrent  en jeu.

Les frais divers sont également des critères à considérer. Souvent, les pièges des établissements financiers sans scrupules se cachent derrière les frais du crédit hypothécaire. Pour attirer des clients, ils affichent des taux relativement bas. Même dans les périodes où les taux sont généralement en phase ascendante. Si la moyenne est de 1,2 % pour les emprunts de 20 ans, ces établissements financiers affichent 0,5%. C’est souvent un leurre. Quand le contrat est signé, l’emprunteur se rendra compte qu’il sera submergé par des frais qui peuvent coûter plus que les mensualités.

Un dossier solide en guise de premier argument

Le plus simple moyen de trouver un bon crédit hypothécaire reste une bonne préparation. Les banques sont très exigeantes. Ainsi, le dossier de demande de prêt doit être bien ficelé. Les informations qui y figurent se doivent de refléter la concision et la précision. De cette manière, le demandeur n’aura pas à faire des va-et-vient ou d’être rappelé pour compléter un document. Cela économise du temps, de l’argent et facilite la décision des établissements financiers. Ces derniers vont surtout étudier le potentiel financier de leur client.

Le profil préféré des banques est celui du demandeur d’investissement immobilier qui peut payer ses dettes convenablement. Pour cela, il doit avoir des sources de revenus stables et réguliers. L’établissement financier ne pourra prêter qu’une somme ne dépassant pas 33 % de la totalité des revenus. Sinon, il risque d’exposer son client à des risques liés au surendettement. Des revenus assurés permettent aussi de faciliter les négociations. Tout comme la fidélité à une banque qui est plus regardante envers leur client fidèle.

Faire appel à un spécialiste

Pour compléter le dossier convenablement, le demandeur peut faire appel à un courtier en banque. Ce dernier connait toutes les procédures et les exigences de l’établissement de crédit hypothécaire.  Leur expertise nécessite des frais, qui peuvent être intégrés dans le montant du prêt. Le recours à ces experts est souvent un gage de réussite et d’assurance. Ils peuvent également faire les prospections et les négociations à la place du demandeur. De cette manière, ce dernier pourra vaquer à ses occupations quotidiennes.

La situation délicate des fichés

La banque refusera la plupart du temps les demandes des personnes en situation d’interdit bancaire. Les fichées sont rarement acceptées par les établissements financiers. Toutefois, il y a des organismes financiers qui considèrent leur cas lors d’une demande de crédit hypothécaire