Depuis quelques années, la grossesse précoce voit une certaine affluence presque partout dans le monde. D’autres préfèrent assumer et se débrouiller comme elles peuvent tandis que certaines prennent l’alternative de l’IVG ou l’interruption volontaire de grossesse. Bien que l’IVG soit pour la plupart du temps utilisé dans des cas strictement médicaux, cette alternative à la grossesse non désirée a désormais franchi les barrières. Son recours dépend de la semaine où la grossesse se situ sur un calendrier de grossesse.

Le délai légal de l’IVG

L’interruption volontaire de grossesse peut être effectuée jusqu’à la 12ème semaine de grossesse, c’est-à-dire environ 14 semaines après le début des dernières règles. Cette durée légale franchie, la pratique de l’IVG peut devenir délicate et dangereuse parce que le fœtus se développe.

L’IVG chirurgicale

Pour cette forme d’interruption de grossesse, les patientes doivent passer par une opération avec anesthésie ou pas, tout dépend du médecin. Le procédé le plus utilisé est l’aspiration qui n’implique pas notamment de douleurs graves. La plupart des patientes décrivent la douleur de cette opération comme celles d’une règle douloureuse.

Cette opération chirurgicale ne peut être effectuée que jusqu’à la 12ème semaine de grossesse. Au-delà de cette date limite, l’interruption de grossesse devient illégale dans certains pays comme la France. Dans ce cas, la patiente doit recourir à une interruption médicale de grossesse et suivre une tout autre démarche.

3507136_3_a5fc_les-ivg-medicamenteuses-peuvent-etre_97e2589c00fae0ef83a31dd3dd6bec35L’IVG médicamenteuse

Ce procédé d’avortement nécessite la prise de médicaments pharmaceutiques selon la prescription du médecin traitant. L’IVG médicamenteuse ne nécessite pas une hospitalisation, il peut se faire pendant la consultation. Comme l’interruption de grossesse par voie chirurgicale, l’IVG médicamenteuse a un délai légal. En effet, cette méthode d’interruption de grossesse peut s’effectuer jusqu’à la 5ème semaine de grossesse soit 7 semaines après le début des dernières règles.

Les douleurs dépendent de chaque personne et du stade de grossesse qu’elle soit débutante ou qu’elle soit avancée.