18 juin 2021
jeu

Les mythes sur les origines du jeu d’échec

De nombreuses légendes et hypothèses subsistent quant aux origines des échecs.

Première hypothèse sur les origines du jeu d’échec : le mythe du brahmane Sissa.

Il s’agit là de l’un des mythes les plus célèbres sur les origines du jeu d’échec. Ce mythe prend place dans les Indes en l’an 3000 avant notre ère, un roi prénommé Belkib s’ennuyait terriblement et il voulait rompre son ennui grâce à un jeu. Pour se faire, il décida de proposer une forte récompense à quiconque lui proposerait un jeu qui saurait briser son ennui. Ainsi, le fils du Brahmine Dahir, le sage Sissa, proposa au roi le jeu d’échec, celui-ci fut tout de suite exalté par ce jeu et il demanda alors au sage Sissa ce qu’il souhaitait comme récompense. Avec beaucoup d’humilité, le sage Sissa demanda au roi de placer un grain de riz sur la case 1, deux grains de riz sur la case 2, quatre grains de riz sur la case 3, et ainsi de suite jusqu’à avoir rempli complètement l’échiquier en multipliant par 2 le nombre de grains à chaque case. Sans réfléchir, le roi Belkib accepta tout de suite de céder cette récompense au sage Sissa. Il aurait dû réfléchir avant d’accepter cette requête car en faisant cela, il signait l’arrêt de mort de son royaume car l’ensemble des récoltes de riz de l’année ne seraient pas suffisante pour répondre à la demande du sage. En effet pour satisfaire à la demande de Sissa, il aurait fallu mettre 2 puissance 63 graines sur la dernière case de l’échiquier, ce qui fait un peu plus de neuf milliards de grains de riz. En tout, en comptant toutes les cases de l’échiquier, il aurait fallu plus de 18 milliards de grains de riz soit un peu plus de 4 tonnes de riz pour satisfaire la demande du sage Sissa.

jeu

Il existe plusieurs variantes à ce mythe, en effet dans l’une de ces variantes, le roi aurait décapité le sage Sissa pour s’être moqué de lui, dans une autre le roi aurait exigé que ce soit le sage qui compte lui-même les grains de riz sur l’échiquier. Une autre de ces variantes dit que le sage Sissa ne voulait rien en échange du jeu d’échec mais que face à l’insistance du roi de lui offrir quelque chose en retour, il prit la décision de se jouer de lui en lui faisant une demande impossible à satisfaire.

Deuxième hypothèse sur les origines du jeu d’échec : le mythe grec.

Il s’agit d’un autre mythe célèbre à propos de l’origine du jeu d’échec. Ce mythe veut que les échecs auraient été inventés pendant la guerre de Troie. En effet pour redonner du baume au cœur des soldats pendant le siège de Troie, Palamède (héros grec) décida d’inventer le jeu d’échec. D’ailleurs, selon les Grecs, Palamède est l’inventeur de certaines lettres de l’alphabet grec, de la monnaie grecque, des osselets, des dés et donc, du jeu d’échec.

Troisième hypothèse sur les origines du jeu d’échec : le mythe latin.

Le troisième mythe concernant les origines du jeu d’échec nous est conté par le poète William Jones dans l’un de ces poèmes en 1763. Dans ce poème, William Jones nous explique que Euphron (dieu des sports dont la sœur n’est autre que Venus) inventa les échecs pour venir en aide à Mars qui voulait séduire la magnifique Caïssa, également connue comme étant la déesse des échecs.