Il est évident qu’avec l’explosion de l’usage de l’internet et des smartphones, la place qu’occupait le cinéma dans la vie et la culture de la jeunesse s’est vue estompée considérablement. Toutefois, les salles obscures restent fréquentées par les jeunes, mais reste à savoir à quel rythme et dans quelle finalité. Quelle est place que les jeunes d’aujourd’hui accordent au 7e art, ces écrans géants qui ont un temps assuré l’éduction culturelle, politique et idéologique des jeunes esprits depuis sa création jusqu’à l’apparition de la télévision et de l’internet ?

Une jeunesse qui aime (toujours) aller au ciné

Malgré la présence des chaînes de télévision, de l’internet, des jeux vidéo, des  smartphones et des réseaux sociaux, le cinéma reste ancré dans la culture juvénile. Selon un rapport du Centre National de Cinéma (CNC) en 2015, la fréquentation des salles de cinéma par les jeunes de moins de 25 ans a atteint un chiffre record depuis plus 22 ans, soit près de 13 millions (32,% des spectateurs). Un chiffre très satisfaisant même si le taux de fréquentation générale, tout âge confondu, a connu une légère baisse de 1,8%. La hausse des chiffres chez les jeunes s’explique par l’utilisation de plus en plus efficace des autres sources de divertissement par le cinéma.

Le cinéma à travers le net, un moyen de découverte…qui a des inconvénients.

Actuellement, l’internet reste le divertissement le plus attrayant pour la jeunesse, les jeunes l’adulent pour se divertir mais également pour communiquer, s’informer, se cultiver, etc. Depuis 2011, un rapport du CNC a mis l’accent sur la place de l’internet dans la promotion du 7e art. A l’époque, la toile constituait déjà le deuxième moyen de découverte juste après les salles de cinéma devant la télévision,  la VOD, etc. En plus de promouvoir des films, l’internet peut même aider certains jeunes à passer le cap pour se lancer dans une carrière d’acteur à travers les nombreux sites de casting pour adolescent ou enfant disponible en un clic. Cependant, si l’internet permet aux jeunes de découvrir les bandes annonces des nouvelles réalisations, de lire des articles autour des films et de participer à des forums de clubs ciné virtuels, il constitue également une des sources de piratage les plus difficiles à maîtriser à cause des sites de streaming illégaux accessibles un peu partout sur le net qui donnent malheureusement accès à beaucoup de films anciens et récents.

De bonnes perspectives et des risques à l’horizon

En France, les perspectives sont assez bonnes surtout chez la jeune population et le 7e art reste toujours « la première sortie culturelle des Français », selon Le Figaro avec des chiffres au-dessus de toute l’Europe.  Toutefois, certaines pratiques liées à l’internet et à la jeunesse peuvent poser beaucoup de problèmes à la qualité et à la santé des productions cinématographiques si une solution pragmatique n’est pas rapidement envisagée, en plus des dispositifs juridiques déjà en place qui peinent malheureusement à protéger le secteur.