Les chercheurs de bailleurs de fond se tournent vers le crowdfunding parce que ce nouveau système de financement est plus humain et plus accessible. Une sorte de pied de nez envers les banques traditionnelles, mais pour le moment ce nouveau phénomène n’est qu’à ses débuts.

Une nouvelle donne dans l’économie

Le crowdfunding est il en train de défier les banques sur le terrain de l’entreprenariat ? Pour l’instant, les experts en économie et en finance estiment que ce n’est pas encore le cas. Parce que les banques ont encore la confiance des particuliers, autant que des entreprises. Plus de la moitié des européens préfèrent encore se tourner vers les établissements financiers traditionnels en cas de besoin. Cependant, les plateformes de levée de fonds en ligne ou de financement participatif, commencent à afficher de belles prestations.

Rien qu’en 2017, les chiffres auraient déjà atteint plus de cent millions d’euros. Du côté des demandeurs, le secteur du crowdfunding a été l’un des plus dynamiques dans la relance de l’emploi. Puisque les entrepreneurs et les créateurs d’entreprise sont plus considérés par les donateurs. Ces derniers sont plus souples que les banques. L’intégration des enjeux environnementaux dans les créations d’entreprises est aussi l’un des caractéristiques du crowdfunding. Puisque l’aspect social compte beaucoup dans ce nouveau secteur selon labc-finance.com.

Loin d’être toujours gagné

Le financement participatif et l’illusion de l’argent facile, il n’en est rien. Pour bénéficier de fonds auprès des internautes du monde entier, il faut savoir convaincre. Le donateur n’est pas un accroc du web qui ne sait pas comment dépenser son argent. Il n’a pas de profil précis. Ce qui est sur, il étudiera bien chaque demande avant de se lancer. Ils mettent souvent trois critères en avant : l’impact social, l’impact économique et surtout le facteur humain. Les donateurs préfèrent surtout apporter leur contribution à des projets qui ont un impact durable et écologique.

Cependant, il n’est pas interdit de générer des bénéfices. Si le crowdfunding est un financement participatif sous forme d’investissement. Ainsi, les contreparties peuvent être des parts dans les bénéfices ou encore dans le capital. Pou mieux rassurer les donateurs, il est important de les tenir informer de l’évolution de la situation. Pour qu’ils puissent constater comment leur argent est utilisé. De cette manière, le demandeur pourra encore faire une autre demande si nécessaire. Cet aspect communicationnel est très important.

Une dimension mondiale du financement

Le plus du crowdfunding est d’offrir la possibilité à des petites entreprises de prospérer. Surtout si elles sont confrontées aux refus des banques. Qui est souvent le cas pour les personnes qui veulent lancer des projets de petite envergure. Les établissements financiers habituels financent rarement ces types de projet. Avec le financement participatif, il est possible de trouver des fonds. En plus, il est possible de trouver des montants élevés. Sachant que l’annonce sera lue à travers le monde et que tout le monde peut y contribuer.

Maitriser Internet

Les demandeurs ont souvent tendance à oublier l’importance d’Internet dans le crowdfunding. Grâce à ce réseau mondial, il suffit de quelques clics pour être présent sur les plateformes de financement participatif.