Depuis 1992 jusqu’à ce jour, le contrôle technique est devenu obligatoire. Cela permet de passer au crible plus de 125 points sur un véhicule avant de l’autoriser à rouler en toute sécurité sur la route. Allant des pneus jusqu’au système de freinage, en passant par les points de suspensions et bien d’autres encore seront pris en compte au cours de ce contrôle. Un non respect de ce règlement peut conduire à une verbalisation et un amendement.

Pourquoi le contrôle technique est-il obligatoire ?

Pour que les automobilistes et les usagers puissent emprunter les routes en toute sécurité, il est recommandé d’effectuer un contrôle technique. L’objectif étant de définir les meilleures conditions au volant pour que chacun puisse rouler avec une voiture fiable. Tous les véhicules particuliers qui ont plus de 4 ans sont exposés à ce contrôle, de même que les camionnettes, les camping-cars à condition que leur poids est inférieur à 3,5 tonnes.

A quand se déroule le contrôle technique ?

Le premier contrôle technique pour une voiture neuve doit être effectué à la quatrième année de sa mise en circulation. Cependant, pour les voitures d’occasion ou pour les voitures qui ont déjà fait plusieurs kilomètres, un contrôle régulier est systématique tous les deux ans. Après que vous avez effectué votre contrôle, la date du prochain sera mentionnée dans la carte grise de votre voiture.

Donc, pour éviter les oublis, veuillez toujours vous référer à ce document, d’autant plus qu’un retard dans le contrôle est passible d’une amende de 135 euros dans  le cas où la police effectue un contrôle. Pour votre controle technique, vous n’aurez qu’à vous rendre auprès de votre garagiste. A noter que pour les voitures de collection, leur contrôle technique ne s’effectue que tous les cinq  ans.

Combien coûte un contrôle technique ?

Le prix d’un contrôle technique varie d’un  centre agréé à un autre. Comme ces centres sont libres d’appliquer les tarifs pour ce genre de prestation, il est recommandé d’effectuer quelques comparaisons avant  de  vous décider sur tel ou tel établissement, d’autant plus que les tarifs peuvent varier du simple au double. En moyenne, cela coûte entre 60 et 75 euros.

Dans le cas où le contrôle débouche sur des réparations plus au moins importantes, le propriétaire doit effectuer une contre-visite dans les deux mois qui suivent le contrôle technique. Cette contre-visite est facturée entre 15 et 20 euros. L’objectif étant de vérifier si les défaillances mentionnées ont été réglées.