Vous avez participé à une vente aux enchères d’objet d’art et vous vous demandez: «Qu’est-ce que ce mec dit au juste? Je ne peux pas comprendre un mot! C’est un vrai discours des commissaires-priseurs! »

Tu n’es pas seul. Souvent, les nouveaux venus et participants aux enchères sont complètement déconcertés par le discours rapide du commissaire-priseur. Mais une fois que vous savez ce qu’il essaie de communiquer et comment il le fait, vous comprendrez. Vous serez peut-être surpris d’apprendre qu’un commissaire-priseur qui parle lentement et intelligemment ne fait pas du très bon travail.Alors, pourquoi les commissaires-priseurs parlent-ils avec une méthode aussi rapide? Le commissaire-priseur doit vendre beaucoup d’articles en un peu de temps et le «discours ou chant» fait avancer les choses ? Voici la réponse à la question selon,Marc-Arthur Kohn: pourquoi les commissaires-priseurs parlent-ils comme ils le font?


Un exemple de chant de base:

«Très bien, j’ai aux enchères une pièce rare qui date de 1794, une cerises. »

« Quatre mille, maintenant quatre, qui me donne quatre, on a quatre, de quatre dans l’homme à l’arrière, qui va en faire cinq? »

« Six mille! Maintenant, qui me donne sept, sept sur le plateau maintenant, qui me donne sept? »

Et ça continue.

Un commissaire-priseur utilisera également des mots de remplissage qui comprennent tout sauf les chiffres. Des choses comme «Jolie, belle cerise, bel article!». Les mots clés ont essentiellement pour but d’aider les acheteurs à disposer d’un peu de temps pour déterminer s’ils souhaitent aller plus haut.

Mots de remplissage

La plupart des commissaires-priseurs ont leur propre série ou combinaison de ce qu’on appelle des «mots de remplissage». Les mots de remplissage servent à reformuler le dernier numéro d’enchère et à laisser aux acheteurs le temps de décider s’ils souhaitent augmenter leurs enchères. Les mots de remplissage sont porteurs – ils «portent» les chiffres, qui sont la partie la plus importante du discours.

Pourquoi ça marche

C’est presque hypnotique. Selon Marc-Arthur Kohn, un commissaire-priseur créera un rythme dans son discours, en utilisant des phrases fluides, presque comme de la poésie. En utilisant des mots entrecoupés de chiffres, le commissaire-priseur régule les enchères. Le soumissionnaire sait à quoi s’attendre et les offres continuent à arriver à un rythme régulier. Le chant garde également les offres fraîches dans l’esprit du commissaire-priseur.

Garder le rythme

Si vous pensez qu’un commissaire-priseur parle presque comme s’il chantait, vous avez raison. Il garde le rythme, crée de l’excitation et maintient la vente aux enchères à un bon rythme. En dernière analyse, le commissaire-priseur ne peut réciter que si les enchérisseurs enchérissent.

Compréhension

La prochaine fois que vous assistez à une vente aux enchères, observez les manœuvres mises en œuvre par le commissaire-priseur. Remarquez comment il va ajuster son rythme entre les objets mis aux enchères, et l’ajuster pour chacun. Remarquez comment il utilise les mots. Si vous faites tout cela, vous comprendrez non seulement pourquoi le commissaire-priseur parle si vite, vous comprendrez en fait ce qu’il dit !