En France, il y a beaucoup d’amoureux de chevaux. Bon nombre de Français aiment l’équitation. Ils peuvent donc avoir le cheval dans leur maison privée ou le mettre en pension chez un professionnel. Comme tous les animaux, ils ont des problèmes de santé. Les frais vétérinaires pourraient vous couper le souffle. Souscrivez donc à une assurance animal pour couvrir les dépenses. En plus de l’assurance santé, vous devrez souscrire à une assurance responsabilité civile. Cette assurance vous protège des dommages que peut causer votre cheval.

 

Il existe plusieurs formules d’assurance pour le cheval comme pour tout autre animal. La prise en charge dépend de votre bourse et donc de votre cotisation mensuelle.

 

Les différents types d’assurance

 

L’assurance responsabilité civile peut se faire à tout moment. Lorsque notre cheval cause des dégâts, c’est à nous de les réparer. Il existe deux types de responsabilités civiles. La responsabilité civile de propriétaire d’équidé (RCPE). La responsabilité civile en action d’équitation (RCAE). La première ne couvre le cheval que lorsqu’il n’est pas monté. La seconde couvre et le cavalier et le cheval.

 

L’assurance « ’ cheval tous risques »’ couvre les dépenses de votre cheval. Ceci rien qu’avec une petite cotisation mensuelle. Cette prise en charge ne prend pas en compte les frais médicaux. Pour cela, une assurance supplémentaire est importante. Les garanties complémentaires couvrent les frais médicaux. Les médicaments prescrits en cas de maladie et les chirurgies. Elles couvrent aussi d’autres frais en cas d’invalidité du cheval.

 

À partir de 12 à 14 ans, vous devez souscrire à une assurance pour votre cheval. Cette assurance couvrira les dépenses pour votre cheval pendant au moins 5 ans. Pour qu’un cheval de course soit assuré, il faut que sa valeur soit comprise entre 1500 et 10.000 euros.

 

La cotisation mensuelle est en moyenne de 400 euros pour un cheval de moins de 11 ans. Quand il en a plus, la cotisation est de 500 euros le mois.