La norme ISO 8528-1 définit la puissance nominale des générateurs diesel comme étant soit continue, principale ou de secours. La puissance nominale continue est utilisée lorsque l’on s’attend à ce que le générateur fonctionne 24 heures sur 24,365 jours par année à une charge constante. L’indice Prime permet une certaine fluctuation de la charge fournie, et l’indice de disponibilité convient aux applications d’alimentation de secours où le temps d’exécution peut atteindre 200 heures par an.

La puissance nominale de la génératrice devrait être calculée pour répondre à la demande maximale de charges électriques nécessitant une alimentation de secours. Le facteur de charge est un rapport entre la demande de charge moyenne et la puissance nominale du générateur. En mode veille, il est recommandé de ne pas dépasser 70%. (source groupe-electrogene.top)

Les puissances nominales des générateurs peuvent être spécifiées en kW ou en kVA, (MW ou MVA pour les grands systèmes). Lorsque la valeur est exprimée en kW ou en MW, il y a hypothèse d’un facteur de puissance de 0,8 et ces valeurs sont donc inférieures aux valeurs kVA ou MVA. Il est important que le facteur de puissance de la charge soit compris lors de la spécification d’un générateur.

Lors du démarrage de gros moteurs, les baisses de tension dues à des courants d’appel élevés au démarrage peuvent signifier qu’un générateur plus grand est nécessaire pour supporter cela. De même, si le système est connu pour avoir des courants harmoniques élevés, cela peut signifier qu’un générateur plus grand est nécessaire. Généralement, 30 % des charges non linéaires entraînent une déviation de 10 %, mais si l’alimentation de charges non linéaires à 100 % comme un onduleur, il peut être nécessaire de doubler la puissance nominale du générateur.

Il existe quatre classes de performance qui définissent la qualité de la puissance du groupe électrogène diesel en termes de stabilité et de niveau des caractéristiques de fréquence, de tension et de forme d’onde. Plus la classe est élevée, plus les spécifications sont serrées, tant en régime permanent qu’en régime dynamique:

La classe G1 est destinée aux charges d’usage général telles que l’éclairage.
La classe G2 a une exigence similaire à celle de l’approvisionnement public en électricité et peut comprendre des charges telles que les pompes, les ventilateurs et les treuils.
La classe G3 est destinée aux télécommunications et aux charges contrôlées par thyristor.
La classe G4 est destinée au traitement de données ou aux systèmes informatiques pour lesquels les exigences en matière de qualité de l’approvisionnement peuvent être particulièrement sévères.
Les groupes électrogènes sont également définis en fonction de leurs modalités de démarrage:

Démarrage manuel pour les générateurs sans temps de démarrage spécifié.
Démarrage automatique – longue coupure; le groupe électrogène démarrait à l’arrêt en cas de défaillance du réseau.
Démarrage automatique – Courte coupure; la puissance n’est interrompue que pendant quelques millisecondes pendant le transfert électrique et une source d’énergie mécanique stockée, telle qu’un volant d’inertie, est utilisée pour fournir de l’énergie à la génératrice pendant une courte période pendant que le moteur est mis en régime.
Démarrage automatique – Pas de coupure; semblable au système à coupure courte, mais avec une machine électrique fonctionnant en continu assurant une alimentation ininterrompue en cas de défaillance du réseau.
Le fonctionnement prolongé à faible charge (<30%) peut endommager les composants internes. Il peut être nécessaire d’envisager l’utilisation de plus petites unités modulaires si la variation de la demande signifie qu’un modèle plus grand fonctionnerait régulièrement à faible charge.

Une fois la puissance nominale établie, il faut alors tenir compte de la durée requise du fonctionnement du générateur et, par conséquent, de la consommation de carburant. De nombreux générateurs sont munis d’un réservoir journalier qui dure généralement 8 heures à la puissance nominale du générateur. Si les pannes sont susceptibles d’être plus longues, il faudra alors prévoir un réservoir plus grand, un réservoir d’alimentation en vrac supplémentaire ou d’autres dispositions pour le réapprovisionnement en carburant.