9 mai 2021
achat immobilier

Acheter un immobilier sans apport personnel

achat immobilier

Actuellement, les banques sont de plus en plus fermées aux prêts sans apport. Toutefois, une contribution personnelle de 10 % minimum est requise pour assurer une partie du financement du projet et pour prouver sa solvabilité auprès de l’établissement financier. Quand même, la chance de réaliser son rêve d’acquérir une maison sans avoir de l’argent n’est pas nulle. Comment acheter un immobilier sans apport??

Monter un dossier convaincant

Tout d’abord, la banque demande à savoir pourquoi on ne possède pas d’apport. Les explications sont diverses mais souvent les jeunes (récents dans la vie active), les particuliers avec un solide épargne (taux de rendement supérieur au taux de l’épargne) et les investisseurs locatifs (intérêt déductible des loyers, avantage fiscal) ont plus de chance de convaincre.

Quoi qu’il en soit, l’issue c’est de montrer à la banque sa capacité à rembourser. Pour cela, plusieurs critères entrent en jeu : l’emploi, le bien à acheter, les dépenses au quotidien, etc. Afin de mieux s’en sortir, l’aide d’un courtier n’est pas à exclure vu son expérience et sa connaissance des attentes des banquiers.

Prouver sa solvabilité

Ce n’est pas une tâche facile de demander à la banque de couvrir 100 % de la valeur de l’immobilier ou plus (avec les frais : notaire, dossiers, agences…). En face d’un emprunteur sans apport, l’établissement financier favorise les personnes ayant une situation professionnelle stable. C’est le cas d’un salarié en CDI qui travaille dans une entreprise en bonne santé financière ainsi qu’un fonctionnaire.

À part le revenu, la position financière du demandeur compte également. En aucun cas, les banques n’acceptent de financer un projet immobilier d’un sujet qui est à découvert tous les mois, qui ne paye pas régulièrement son loyer ou qui a un incident de paiement sur ses précédents emprunts.

Bien choisir l’immobilier à acheter

Le choix de l’immobilier à acheter fait l’objet d’une étude pour obtenir l’accord d’un crédit sans apport. En effet, le bien à acquérir doit correspondre au moyen économique de l’emprunteur (mensualité et reste à vivre…). Ensuite, la banque prend en compte la performance énergétique de la maison. Un immobilier de classe D risque de condamner la capacité à rembourser. C’est pareil pour les gros travaux qui peuvent fragiliser le budget.

Afin d’être cohérent, il est important de réunir un dossier complet avec tous les documents indispensables, avant d’adresser sa requête à un établissement financier. Cela commence par la réalisation d’une première ébauche de financement. C’est-à-dire, le calcul du montant à emprunter puis de la mensualité qui ne doit pas dépasser 33 % du revenu maximum.

Pour conclure, il ne faut pas oublier qu’emprunter 100 % de la valeur de son immobilier peut conduire à un taux d’emprunt élevé, à une possibilité d’hypothèque sur le bien ou à une demande de cautionnement (une société spécialisée ou un tiers doivent garantir le paiement des mensualités).

Découvrez davantage d’informations concernant l’immobilier sur le site https://www.sires-immobilier.fr/