Posséder son propre bateau fait rêver beaucoup de gens. Et c’est tout à fait faisable, puisque des bateaux, il y en a à tous les prix. Ceci dit, il n’y a pas que le prix d’achat à prendre en compte. Combien vous coûtera donc l’acquisition d’un bateau ?

Acquisition d’un bateau : le prix d’achat

Le prix d’un bateau à moteur varie en fonction de plusieurs critères. En effet, il y en a à tous les prix et pour tous les budgets. Et dans tous les cas, cela reste un investissement conséquent auquel il faut bien réfléchir. Il est possible de trouver un bateau de plaisance entre 20 et 50 000 euros si vous optez pour un modèle de moins de 10 mètres. Il faudra par contre compter au moins 50 ou 60 000 euros pour un bateau plus long, notamment un bateau de croisière ou un voilier.

Pour les yachts, plus onéreux évidemment, le prix peut atteindre des millions d’euros. On parle jusqu’à maintenant des bateaux neufs comme ceux proposés par la marque Beacher sur son site https://www.beacher-nautique.com. Mais vous avez aussi la possibilité d’acheter un bateau d’occasion, à condition de bien vérifier son état, ce qui est loin d’être facile sans expertise en ce domaine. La marque Beacher Nautique propose également des bateaux d’occasion contrôlés dans les ateliers de la société et disposant du label « Beacher Approuvé » qui atteste de leur qualité.

Les coûts fixes relatifs à l’achat d’un bateau

Malheureusement, acheter un bateau n’est qu’une première étape vers de nombreuses dépenses qu’il faut bien calculer. Parmi ces dépenses, il y a des coûts fixes qu’on retrouve pour tous les bateaux. Il s’agit des coûts de l’entretien et de l’essence, de l’assurance, de l’immatriculation, de la place d’amarrage, etc.

On estime que le coût annuel total est équivalent à 10% de la valeur du bateau. Cela montre à quel point les frais engendrés par l’utilisation d’un bateau de plaisance sont importants. Le prix du port d’attache varie selon la longueur du bateau, la disponibilité sur le port et d’autres facteurs. Il peut s’élever à 10 000 euros par an.

Le prix de l’assurance constitue 1 à 2% de la valeur du bateau, et il se peut aussi que vous ayez à payer la vignette plaisance VNF, les taxes, l’immatriculation, le passeport maritime, etc. Sans oublier les coûts d’essence qui varient en fonction du carburant, de la consommation du moteur et de l’activité réalisée. La pratique de sports aquatiques est par exemple plus gourmande en énergie.

À ne pas oublier : les coûts variables

En plus des coûts fixes cités en haut, vous devez également prendre en compte les coûts variables et les frais cachés. On cite par exemple la révision mécanique pour le moteur, l’inverseur, la commande de barre ou tout autre élément. Il y a aussi l’entretien extérieur et intérieur par peinture ou vernis, les sorties d’eau pour inspection, la réparation en cas de panne, le remplacement d’équipements, la mise en place d’un système de sécurité, les éventuelles améliorations, le stockage en hiver si vous n’avez pas d’emplacement prévu (jardin, garage), etc.

À cela s’ajoute les coûts de navigation qui varient d’un propriétaire à l’autre, en fonction de vos habitudes et activités, du nombre de personnes et de la fréquence d’utilisation. Si vous décidez d’acheter un bateau d’occasion, vous devrez passer par une expertise professionnelle qui peut être plus ou moins coûteuse.

Avant donc d’acheter le premier bateau qu’on vous propose ou celui qui vous a plu le plus, prenez le temps de bien penser et organiser votre investissement.